LE SITE NATIONAL HISTORIQUE DE LA RESISTANCE

Dans le Vercors, la Mémoire des combats reste vive chez ceux qui ont vécu ces moments. Mais ils ne peuvent plus, à eux seuls, assumer le devoir de mémoire.

 

Et c’est pourquoi est né le projet de Site National Historique de la Résistance en Vercors. Il s’agit de faire entendre le message de la résistance, de toute résistance, au plus grand nombre.

 

L’Association Nationale des Pionniers et Combattants Volontaires du Vercors, crée en novembre 1944 a soutenu le Parc Naturel Régional du Vercors, dans la mise en place de ce projet.

 

Le Mémorial de la Résistance est l’étape centrale d’un parcours qui incite à découvrir, dans tout le massif, les lieux où se sont déroulés les évènements et à mieux comprendre ce qui s’est joué là.

 

Inauguré le 21 juillet 1994, à l’occasion du 50ème anniversaire des combats du Vercors, le Mémorial rend hommage aux femmes et aux hommes qui ont combattu pour la liberté.

Le mémorial de la Résistance en Vercors

A l’écart de toute construction, situé en bordure de falaise sur la commune de Vassieux-en-Vercors, village compagnon de la libération, le site choisi offre une vue sur l’ensemble du massif et sur le champ de bataille.

 

Eloigné du monde et des regards, le choix de l’implantation n’est donc pas un hasard.

 

Trouvant abri au sein de la roche, entouré de pins et de genévriers, ce bâtiment est dissimulé tout comme le furent les hommes et les femmes qui se réfugièrent dans la clandestinité.

 

Vous vous trouvez ainsi plongé dès votre arrivée dans le cadre des maquis du Vercors.

 

L’architecture respecte le site naturel et historique :

  • Le bâtiment est encastré dans le terrain et suit les courbes de niveau, son toit est recouvert de végétation.
  • Cette architecture imposante pour rappeler l’image du Vercors forteresse, mais aussi ses falaises calcaires et les heures sombres de ce maquis.

vercors les chemins de la liberté

 

Les Chemins de la Liberté

 

Il n’est pas une commune, pas une forêt, pas une clairière, pas une montagne du Vercors qui n’ait été le théâtre de combats ou d’actes de résistance.

 

Nombreux sont aujourd’hui ces lieux de mémoire où sont tombés des hommes et des femmes, où ont vécu en clandestinité des groupes de résistants, où se sont produits des parachutages…

 

 

 

Vous ne pouvez traverser le massif sans rencontrer une croix, une stèle, un monument, une plaque rappelant ces sacrifices. Afin de rendre plus sensibles et plus visibles ces évocations du passé, afi n également de manifester leur appartenance à un même parcours du souvenir, un symbole unique a été retenu. Sur chacun de ces lieux, un if a été planté. A son pied un petit parallélépipède de bronze, de trente centimètres de long, porte pour signature : “Site National Historique de la Résistance en Vercors”. Cette signalétique homogène est intégrée au paysage. Elle permet d’emblée au passant de comprendre qu’ici a soufflé l’esprit de Résistance.

 


Le combat :


Le 6 juin 1944, l’excitation est à son comble en France et dans le Vercors. L’ordre de Londres est le signal de l’action générale. Les entrées du massif sont verrouillées. On ne laisse monter que les volontaires qu affluent. Ils sont 4000, début juillet, et ils proclament la République, faisant flotter le drapeau tricolore sur un territoire déclaré « libre ».


Ce massif en armes est un défi à l’ennemi. À Grenoble, le Général allemand Karl Pfl aum décide d’en finir Après quelques offensives destinées à mesurer la résistance effective du maquis, notamment à Saint-Nizier les 13 et 15 juin 1944 et aux Écouges le 21 juin 1944, il lance le 21 juillet quinze-mille hommes de troupe à l’assaut du Vercors. L’attaque est générale, par les routes, par les « pas », ces cols escarpés que l’on ne franchit qu’à pied, et par les airs puisque sur Vassieux se posent les planeurs à croix noires de la Waffen SS, là où auraient dû atterrir les Alliés. Après une semaine d’un combat acharné mais inégal, le Vercors est à genoux.


Plus de 600 résistants et une centaine d’allemands sont tués. Quant à la population, exposée à la sauvagerie des assaillants, elle paie un lourd tribut : 201 personnes meurent dans des conditions souvent atroces, 41 autres sont déportées, 573 maisons sont détruites.

les lieux de memoire

 
Infos pratiques

horaires
tarifs

Localisation

partenaires

espace presse

contact

 

Le Parc du Vercors

Rhone Alpes

 

mentions legales